Pélissanne a dépassé la barre symbolique des 10000 habitants. Oui, c’est vrai, même si l’on continue de parler, avec fierté, de « notre village », nous vivons désormais dans une petite ville. Notre ville serait donc attractive ? Il est difficile, hélas, de croire que c’est grâce à la vigueur de notre centre-ville, … Quelle tristesse de voir les commerçants renoncer, les habitants le délaisser. Boulangerie, boucherie, magasin de la presse, maraîcher, épicerie et autres boutiques ferment les unes après les autres. Certains, pour sauver leur activité, décident de se délocaliser en périphérie du village. On en vient à admirer le courage des commerçants qui font le choix de rester dans le centre, tant la situation actuelle met en péril le maintien de leur activité. On en vient à vivre comme un acte civique la décision de faire ses courses en centre-ville. On en vient à jalouser les communes qui font le nécessaire pour sauver leurs centres-villes.

Conséquence de ces fermetures ? La souffrance et le désarroi de ces entrepreneurs en grande difficulté bien sûr, mais, également, la tristesse des rues qui se vident, cette vie de village qui ne devient plus qu’un lointain souvenir.

Pour autant, la municipalité a rénové le centre-ville. Mais il est préoccupant de voir que cette rénovation n’a aucunement fait revenir la population au cœur de notre village. Aucune réflexion n’a permis de relancer un centre-ville que la durée des travaux a mis en véritable difficulté.

Seule la médiathèque Pierre Bottero parvient à drainer la population vers le centre de Pélissanne mais cette structure isolée ne peut pas, à elle seule, faire revenir la population en centre-ville. Le déplacement du marché hors des murs a constitué le premier pas sur le chemin de la désertification. Placé au centre du village il créait de l’animation dans notre centre-ville et attirait des clients pour nos commerces.

Et pourtant, ne serait-ce pas agréable de retrouver un centre-ville vivant ? Ne serait-ce pas agréable de redonner une âme à notre village ? ne serait-ce pas agréable de relancer le commerce au cœur de notre commune?

Pour Brice Le Roux, pour le groupe « réunir Pélissanne », cela paraît simplement essentiel. Mais il sera bientôt trop tard. Il est probable que le centre ne survivra pas à une nouvelle mandature qui se désintéresse de son activité. Nous sommes convaincus qu’un certain nombre de décisions d’aménagements, de créations et de réorganisation de l’espace pourront permettre d’inverser la tendance… si nous agissons au plus vite.