La ville envisage la construction d’un groupe scolaire en lieu et place du Groupe scolaire Mistral actuel pour septembre 2019.  Selon la majorité, ce projet passe par la fusion administrative des écoles maternelles Roux de Brignoles, élémentaires Yvette Besson et Vincent Garcin. Le contrat départemental de développement et d’aménagement 2014-2017 prévoit une somme de 5.476.647 € HT pour construire cet ensemble.

Le groupe scolaire Mistral est aujourd’hui composé de deux écoles élémentaires composées de 11 classes (6 classes pour l’école Vincent Garcin et 5 classes pour l’école Yvette Besson).

L’école maternelle Roux de Brignoles est quant à elle dotée de 4 classes.  Ces trois écoles disposent chacune d’une direction qui leur est propre. Le conseil municipal du 17 décembre 2015 a dû se prononcer sur ce projet.

Voilà pourquoi le groupe Réunir Pelissanne a voté contre cette délibération alors que le principe même de regroupement sur un même lieu géographique semble logique pour faciliter la vie de parents :

– une méthode inacceptable. Aucune concertation avec les conseils de classe et les directions de ces écoles n’a eu lieu avant cette discussion en conseil.

– conflit d’intérêts pour 2 élus : ont participé aux débats les deux directeurs concernés par la suppression des 2 postes de direction. Et comme aucune concertation n’a eu lieu avant sur le projet, la séance s’est transformée en un échange de caractère personnel entre ces directeurs. Une erreur grave de M le maire qui a empêché la mise en place d’un débat serein.

– la procédure de fusion non respectée : nous acceptons l’idée que des écoles puissent fusionner. Mais encore faut-il que le projet ait été défini avec les parties concernées (enseignants, directeurs, parents…) avant la décision du conseil municipal.

– une école trop grande, sans direction spécifique par cycle ? L’administration recommande qu’en cas de fusion entre une école primaire et une école maternelle, il soit fait très attention à la préservation de la spécificité de la maternelle. La taille du groupe doit être maitrisée. Avec 15 classes dès maintenant, et sans doute plus à terme vu l’évolution démographique de Pelissanne, il y a de quoi s’inquiéter de la capacité d’un seul directeur à gérer cet établissement.

– un budget qui sera inévitablement revu à la hausse : pour comparaison à La Fare les Oliviers ou à Gignac, les coûts de construction de groupes scolaires de taille similaire (16 classes) ont dépassé les 10 millions d’euros. A Bouc Bel Air, le coût de construction d’un groupe scolaire nettement plus petit (10 classes) a dépassé les 6 millions d’euros. Comment fera-t-on pour rentrer dans un budget de 5 millions d’euros pour un groupe scolaire de 15 classes à Pélissanne ?

Comme le débat n’a pu avoir lieu, nous n’avons pas pu aborder d’autres questions. Quel sera l’effet de cette fusion sur les effectifs municipaux ? Comment seront accueillis les enfants pendant les travaux ? Que deviendront les bâtiments de l’école Roux de Brignoles ?